Il reste toujours en nous un peu de l’enfant que l’on a été.

 

D’aussi loin que je me souvienne, la matière m’a toujours intéressée et j’ai toujours été curieuse de toutes les transformations que le talent d’une main humaine est capable de lui imprimer.

 

Faire naitre des images gravées dans du bois, inventer des volumes à partir de fines écorces travaillées en filaments,  sculpter des pelotes en fibres de toiles d’araignées, je ne savais pas encore qu’en jouant je m’exerçais déjà à mon futur métier.

 

Ainsi j’ai eu la chance d’apprendre très tôt que la matière peut être domptée mais j’ai vite su aussi qu’elle ne peut l’être qu’avec beaucoup de patience, d’application, de persévérance et d’humilité.

 

Quelques années d’études et d’expérience plus tard, armée de connaissances théoriques et techniques, je garde intacts cette passion et ce respect de la matière.

Hélène Colmaire-Autret